Le dimanche des Rameaux s’est déroulé ce dimanche 28 mars 2021, célébrant l’entrée dans la Semaine sainte. 

 

Fête religieuse, elle commémore deux événements : l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem où il a été accueilli comme un roi, et sa mort sur la croix. Explications.

 

Jésus à Jérusalem, dimanche des Rameaux

 

La célébration des Rameaux

 

Depuis le concile Vatican II, son nom liturgique est “dimanche des Rameaux”. Auparavant, cet événement était appelé “deuxième dimanche de la Passion ou dimanche des Rameaux”. 

 

Aujourd’hui, cette journée est aussi appelée “célébration des Rameaux et de la Passion”.

 

Son nom comporte à la fois les mots “des Rameaux” et “de la Passion”, car ce sont deux événements qui sont commémorés durant la Semaine sainte. Une double face glorieuse et douloureuse.

 

Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l’acclame lorsqu’il entre dans la ville. Pour fêter son arrivée, les habitants ont tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, des éléments qui au final forment un chemin royal en son honneur. C’est de là que tient le nom de cet événement.

 

C’est en mémoire de cette journée que les catholiques se réunissent aujourd’hui pour la messe et portent des rameaux (d’olivier, de buis, de laurier ou de palmier selon les régions), à l’extérieur de l’église. 

 

Une fois que les rameaux sont bénis par le prêtre, ils sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession. Une marche jusqu’à l’église. En franchissant les portes et en entrant dans l’église, l’assemblée, conduite par la croix de procession, manifeste ce désir de suivre le Seigneur jusqu’au bout.

 

Le dimanche des Rameaux, représentation

 

La violence de la Passion

 

Le croyant le sait : la vie à la suite du Christ n’est pas exempte de violence, de haine ou de la mort. Le chemin de l’Evangile n’est pas tout rose. À la suite de cette marche à laquelle les croyants ont participé, est lu l’évangile de la Passion comme pour insister une nouvelle fois sur l’exigence d’une vie de croyant à la suite du Christ.

 

À la fin de la célébration, chaque croyant retournera à son domicile et déposera un rameau près d’un crucifix, pour respecter la tradition. Ce geste est un acte fort de la part du disciple montrant qu’il a à cœur de suivre les exigences de l’Évangile au quotidien, dans l’intimité de sa maison et de l’ordinaire des jours.

 

Le symbole est fort : au bout de quelques mois, la branche va petit à petit s’assécher. Elle est la représentation de l’impuissance des seules forces du croyant, et donc de son besoin d’être sauvé.

 

Mais la vie du disciple n’est pas que morosité dont la seule issue serait le désespoir. 

 

Cette branche morte finira en cendre qui marqueront les fronts des disciples repentants. À travers ce geste, le croyant prend conscience que seuls la fidélité et l’amour du Seigneur pourront le relever.

 

 C’est le moment que l’on appelle le Mercredi des Cendres, le premier jour de Carême.

 

A lire également :

Fête de la Toussaint : origines et significations

Le cimetière vertical : nouveau concept pour faire face à la surpopulation ?

Dia de los Muertos : comment célèbre-t-on a fête des morts au Mexique ?

 

Notre sélection

de monuments funéraires

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

GPG s'engage a compenser 100% de ses émissions de carbone dés à présent,Un arbre planté pour chaque monument fabriqué !

DÉJÀ

5

0

0

0

ARBRES PLANTÉS

par GPG

Aenean velit, sem, Nullam dictum Aliquam efficitur. porta.