Situé dans l’ouest de Brooklyn, à New York, le cimetière de Green-Wood surplombe Manhattan. Battle Hill est le point le plus haut de Brooklyn, et cette colline plantée de tombes est l’attraction de Green-Wood. Les animaux vivent en liberté dans ce jardin anglais, et de nombreuses raisons font que cet endroit est un lieu très prisé pour les balades des Américains. Mémorial de la guerre de Sécession, caveaux gothiques comme dans Batman, tombes de Jean-Michel Basquiat ou de Leonard Bernstein, autant de sépultures qui justifient de prendre le métro et de se rendre au cimetière de Green-Wood.

 

Se promener à Green-Wood-Cemetery

 

Green-Wood, un cimetière pas comme les autres

 

C’est en 1838 que le cimetière de Green-Wood fut créé. À l’époque, la ville de New-York ne cessait de s’agrandir, mais les collines de Green-Wood n’étaient encore qu’une campagne, bien éloignées de l’agitation urbaine. Pour les New-Yorkais, ce lieu était à l’époque un joli parc où il était commun de venir se reposer.

 

Le créateur du cimetière de Green-Wood, Henry Evelyn Pierrepoint, un leader social de Brooklyn, s’est largement inspiré du cimetière du Père Lachaise à Paris. Les promoteurs décidèrent ainsi de choisir un emplacement vallonné, où la nature est fortement présente, pour s’implanter dans un endroit tout simplement magnifique. Il est également inspiré du cimetière de Mount Auburn de Cambridge, où un cimetière dans un parc paysager à la mode anglaise avait été créé. 

 

Les monuments funéraires de Green-Wood Cemetery

 

En 1977, Paul Goldberger, journaliste du New York Times, disait :  “C’est le but de tout New-Yorkais de vivre sur la Fifth Avenue, de prendre l’air dans les parcs et de reposer avec ses ancêtres à Green-Wood”. Parce qu’il est agréable de s’y promener. Collines, vallons, étangs, végétation, animaux en liberté et présence d’une chapelle font de ce lieu un détour incontournable de la vie new-Yorkaise. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il est même classé National Historic Landmark (monument National depuis 2006).

 

Que voir dans le Green-Wood Cemetery ?

 

Le cimetière de Green-Wood s’étend sur presque 2 km² et compte 600 000 tombes. Mais la première chose à voir est son entrée magistrale. Ce gigantesque portail en pierre ressemble à la façade d’une église gothique. Imposant, sublime, cela nous pose les bases d’un endroit unique et solennel.

 

L'entrée du cimetière de Green Wood

 

Une fois sur les lieux, vous vous rendez rapidement compte que Green-Wood n’est pas un cimetière comme les autres. Les tombes ne sont pas organisées de façon classique comme dans la majorité des cimetières que nous connaissons. Non, Green-Wood est un véritable parc.

 

Sur les vallons de Battle Hill, regardez New-York de façon originale. Cette colline atteint les 60 mètres de haut, et elle doit son nom à la bataille de 1776 qui s’y est déroulée durant la révolution américaine. En vous y rendant, vous pourrez notamment observer la Statue de la Liberté. 

 

Vue de la Statue de la Liberté depuis le cimetière de Green-Wood

 

Dans Green-Wood Cemetery, on trouve de nombreux monuments funéraires, dont une statue de DeWitt Clinton, ancien maire de la ville, ainsi qu’un mémoire de la guerre de Sécession. D’ailleurs, durant cette guerre, un Soldiers’ Lot a été conçu pour accueillir les tombes des vétérans. Certaines personnalités y sont inhumées : Jean-Michel Basquiat (artiste peintre), Leonard Bernstein (compositeur, chef d’orchestre et pianiste) ou encore Samuel Morse (inventeur du télégraphe électrique et de l’alphabet qui porte son nom).

 

A lire également :

Le cimetière de San Michele à Venise

L’île des morts en Tasmanie : histoire et significations

Le cimetière original de la famille Brion-Vega

 

Notre sélection

de monuments funéraires

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

consectetur facilisis Donec velit, nec commodo ut sed