Le monde compte beaucoup de cimetières, mais certains d’entre eux retiennent particulièrement l’attention du visiteur.

 

Des chiffres et des records

 

On ne trouve pas de chiffre exact du nombre de cimetières dans le monde, bien que l’ordre de grandeur soit probablement en dizaines ou centaines de millions. Des projets de base de données planétaire existent cependant. Signalons le site, au nom évocateur, « Find A Grave », véritable moteur de recherche de sépulture, qui sera peut-être la référence future en matière de localisation de sépulture.

 

Le plus grand cimetière du monde

Le plus grand cimetière du monde se trouve actuellement en Irak. Wadi-us-Salaam, lieu de repos aux cinq millions de tombes, est situé à Nadjaf, ville du centre du pays. D’une superficie de 6 kilomètres carré, ce cimetière de taille record existe depuis quatorze siècles ; de magnifiques images du lieu peuvent se trouver ici ou là sur la Toile, et notamment par un survol de drone du cimetière.

 

Le plus petit cimetière du monde

Il est difficile de déterminer quel est le cimetière le plus petit du monde, mais quelques espaces dans le monde se battent pour la première place, comme ce cimetière de Brooklyn qui accueille seulement deux sépultures .

 

Des types particuliers de cimetière

 

Sur la planète, des cimetières se distinguent par leur aspect, leur charme, mais aussi par le rapport qu’ils entretiennent avec la nature.

 

Cimetières remarquables

La beauté, le charme ou l’agrément de certains cimetières en font des lieux touristiques : c’est le cas du Père-Lachaise à Paris, mais aussi du cimetière de Highgate, qui fait d’ailleurs partie des « Magnificent Seven » (cemeteries) de Londres, ou du cimetière écossais de la cathédrale de Saint-Andrews. Lieu touristique également, l’Okunoin, le plus grand cimetière japonais, à l’atmosphère si particulière… Le cimetière de La Recoleta, en Argentine, nous propose quant à lui d’admirer de magnifiques réalisations funéraires, dans ce qui ressemble par certains côtés à une petite ville…

 

 

On trouve ailleurs dans le monde des cimetières plus étonnants, comme le cimetière joyeux de Săpânța (Roumanie), où les stèles sont de couleurs vives et interpellent le voyageur, ou bien un « cimetière aux cercueils suspendus » à Sagada, aux Philippines. Au Groenland, le cimetière d’Upernavik a la particularité d’avoir également les cercueils « à l’extérieur », étant donné l’impossibilité de creuser le sol.

 

Le cimetière Shirokorechenskoye Kladbishche, en Russie, lui, se signale par la présence de tombes d’anciens mafieux, d’où son surnom de « cimetière de la mafia »…

 

Rappelons enfin que les cimetières militaires, destinés aux soldats morts lors de guerres, diffèrent des autres cimetières notamment par la disposition régulière des sépultures et l’uniformité de l’apparence des monuments funéraires.

 

Cimetières et nature

La préoccupation de l’insertion du cimetière dans son environnement naturel s’est manifestée plus nettement dans l’histoire récente occidentale avec le cimetière paysager, ou cimetière-jardin. Il traduit ce souhait d’intégrer la nature dans le lieu du repos : la place du végétal est alors plus importante que celle du minéral. Un exemple nord-américain est le célèbre cimetière de Mount Auburn.

 

Les cimetières boisés privilégient davantage l’harmonie avec la nature, en s’intégrant dans un lieu vert (environnement boisé) préexistant ; les cimetières boisés de Norvège ou de Stockholm (https://skogskyrkogarden.stockholm.se/) vaut le détour.

 

 

Les cimetières naturels, eux, permettent, en quelque sorte, de rendre plus nettement à la nature le corps du défunt. Des indications simples identifient le cimetière mais pas nécessairement d’indications sur l’emplacement des cendres ou des cercueils (lorsque ces derniers sont autorisés). Un exemple de cimetière naturel en Europe est le cimetière luxembourgeois de Roodt-sur-Syre, qui existe depuis 2011.

 

Cimetières et nouveaux espaces

Des initiatives sont nées récemment pour honorer les défunts d’une manière particulière. Les cimetières virtuels, et en particulier https://cemetery.org/, permettent aux proches de rendre hommage aux défunts sur Internet, chaque personne décédée et référencée ayant sa propre page.

 

Signalons enfin des initiatives singulières, notamment américaines, visant à exploiter l’espace en tant que lieu de repos. Des funérailles spatiales sont ainsi proposées par des sociétés comme Celestis, qui peut disperser les cendres du défunt dans l’espace ou mettre en orbite la capsule les contenant, autour de la Terre ou de la Lune…

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

quis venenatis leo. Praesent velit, risus. pulvinar adipiscing dolor. Aliquam dapibus