Après le décès d’un proche ou en souvenir d’événement marquant, un tatouage de deuil peut faire partie d’un processus de reconstruction pour certains. Perçu et réalisé différemment en fonction des cultures, voyons comment le tatouage de deuil mélange l’art à la mémoire.

 

tatouage de deuil

 

 

Le tatouage de deuil comme liberté d’expression

 

 

Le tatouage est un véritable phénomène auquel adhèrent de plus en plus de personnes. Certains le voient comme artistique ou décoratif, d’autres comme un moyen d’exprimer un souvenir ainsi que des émotions. C’est le cas du tatouage réalisé au moment du deuil, qui a un véritable message derrière sa réalisation.

 

Pour bien choisir son tatouage, il faut se poser les bonnes questions. Nous ne vous apprenons rien en vous disant que le tatouage est une marque qui restera à vie sur la peau. De nature indélébile, il sera compliqué de faire demi-tour, à moins d’une opération de chirurgie au laser. Alors, au moment de passer à l’acte du tatouage de deuil, la décision doit être mûrement et longuement réfléchie. Le tatouage peut avoir une vraie signification. Encore plus quand c’est un tatouage commémoratif qui est symboliquement encore plus fort.

 

Le corps est un moyen d’expression. À travers nos gestes, nos positions et nos expressions, nous communiquons les choses. En marquant sa peau via un tatouage commémoratif, c’est la même chose. Certains préfèrent aller se recueillir sur la tombe d’un défunt, d’autres préfèrent honorer la mémoire via un tatouage de deuil. Passer à l’acte du tatouage de deuil est une décision purement personnelle et qui peut faire partie d’un processus de reconstruction.

 

 

Une aide pour surmonter l’événement

 

 

tatouage de deuil

 

Car le deuil est une épreuve dure à surmonter. Alors, le meilleur moyen d’y parvenir est d’acceptercette tragédie et avancer. C’est notamment à travers ce genre de moment que nous évoluons pour devenir meilleur. C’est en quoi le tatouage de deuil a une signification particulière, car la douleur physique de la réalisation du tatouage est liée à la douleur psychologique d’un décès. De la même manière que le deuil, se faire tatouer est une épreuve douloureuse mais surmontable. La réalisation d’un tatouage unique déclenchera un phénomène positif et aura une résonance spéciale. C’est notamment pour ça qu’il peut aider à surmonter le drame. Le corps devient alors un garant de la mémoire à travers le tatouage.

 

 

Le tatouage de deuil peut être réalisé à la perte d’un proche, ou bien même en hommage à des personnes victimes d’une tragédie. Lors d’événements dramatiques comme le 11 septembre 2001 ou autres attentats faisant de nombreuses victimes, il peut aussi être un symbole de solidarité.

 

 

Le tatouage dans d’autres cultures

 

 

Mais le tatouage n’est pas vu de la même façon en fonction des pays et des cultures. Le tatouage de deuil, tout comme le tatouage classique, est un marqueur dans les sociétés traditionnelles. Par exemple, en Thaïlande, le tatouage est sacré, et c’est une tradition qui s’est grandement modernisée au fil du temps. Le “Sak Yant”, ou “tatouage sacré”, est réalisé par un moine bouddhiste ou un prêtre brahmane, selon un rituel très précis. C’est un tatouage de protection qui, plus il est situé proche de la tête, plus la puissance sera élevée.

 

Chacun possède sa propre interprétation du tatouage, et chaque personne a ses raisons de se faire tatouer, que ce soit pour un deuil ou pour d’autres raisons.

 

 

A lire également :

Fête de la Toussaint : origines et significations

Comment embellir un monument funéraire à la Toussaint ?

Les rites funéraires de l’Egypte Antique

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

tempus Praesent at odio elementum dapibus vel, justo sem, sed quis neque.