La Première Guerre Mondiale, qui s’est déroulée entre 1914 et 1918, a fait environ 10 millions de morts à travers le monde dont 1,3 millions de Français. Pour rendre hommage à ces victimes, de nombreuses formes de commémorations ont vu le jour à l’issue du conflit. Parmi elles, les monuments aux morts. Sur les anciens champs de bataille ou dans les régions d’origine des anciens combattants, les monuments aux morts sont des bâtisses pour honorer la mémoire des soldats morts à cette période.

 

Monument aux morts Le Havre Monument aux morts au Havre

 

Le monument aux morts, un acte de commémoration

 

Les associations de combattants ont été créées durant la guerre ou juste à la fin de celle-ci. Ce sont elles qui ont été à l’initiative du vote de la loi du 25 octobre 1919 portant sur la commémoration et la glorification des morts en France durant la Première Guerre Mondiale. Cette loi a été en quelque sorte l’introduction de la construction des monuments aux morts. En effet, elle permit de mettre en place dans chaque ville la tenue d’un livre d’or ayant les noms des soldats décédés pour la France, nés ou ayant résidé dans la commune. Initialement, cette loi prévoyait l’édification d’un monument national à Paris uniquement. Mais dans le fond, elle incita fortement les communes à favoriser l’hommage et la glorification des soldats morts pour la patrie. Quelques années plus tard, la loi du 31 juillet 1920 fixa les conditions d’attribution et le montant de l’allocation versée par l’État aux villes prenant l’initiative de faire construire un monument aux morts. Le montant de ces aides était alors calculé par rapport au nombre de soldats morts au regard du nombre d’habitants de la commune, d’après le recensement de 1911.

 

Ces monuments aux morts ont donc principalement été érigés entre 1920 et 1925. Présents partout en France, l’engouement autour de ces bâtisses a été proportionnel à la douleur de la tragédie : extrêmement forte. Ces monuments aux morts, dressés en véritable hommage public, sont présents pour ne pas oublier les héros de la Nation. Leur présence dans le paysage architectural français est un signe de reconnaissance collective. Un remerciement matériel de la Nation toute entière pour le courage de ses soldats.

 

La fonction des monuments aux morts alors est de servir de lieu d’identification des héros justifiant d’un sacrifice. Mais pas seulement. En effet, cette vague de monuments aux morts a également été l’occasion pour les architectes de laisser une grande part à leur imagination et leur créativité.

 

Monument aux morts à Reims, hommage aux enfants de la Première Guerre À Reims, ce monument aux morts rend hommage aux enfants décédés durant la Grande Guerre

 

Des monuments de différentes natures

 

Construits dans la première moitié du XXe siècle, les monuments aux morts de la Première Guerre Mondiale sont de styles architecturaux divers et variés. Dépendant fortement du budget du commanditaire, ces bâtisses mémorielles sont de forme, de taille et d’ornementation variables. Les monuments aux morts peuvent être une classique stèle ou plaque commémorative. Mais aussi des oeuvres monumentales et très imposantes réalisées par certains architectes. Dans les villes les moins peuplées, nous retrouvons plutôt des versions de monuments aux morts plus simples. Dans les grandes villes se trouvent davantage des monuments aux morts plus impressionnants.

 

Par contre, s’il y a bien un point commun à tous ces monuments aux morts, c’est l’inscription que l’on peut y retrouver. Ces écritures hommages sont liées aux noms des victimes de la Première Guerre Mondiale. En général, les caractères sont de couleur or ou sang. L’ordre des noms se fait de trois façons : par date de décès, par ordre alphabétique ou en mélangeant les deux. Pour ne pas créer de déséquilibre entre les soldats venant d’une terrible guerre, alors que ceux-ci évoluaient ensemble, les grades des soldats ne sont que très rarement gravés dessus.

 

Monument aux morts à Sologny Monument aux morts à Sologny

 

Le monument aux morts le plus commun est l’obélisque. Aussi, le but de ces monuments étaient de faire des soldats des héros. C’est pourquoi certaines figures très fortes symboliquement firent également leur apparition. Jeanne d’Arc, la République Triomphante ou encore les allégories de la Victoire ont massivement été réalisés. De plus, le Poilu, soldat de la Grande Guerre, y est régulièrement présent. Ces constructions ont également été l’occasion de voir certains signes et objets des soldats. Médailles de guerre, palmes de chêne ainsi que de nombreux accessoires sont visibles sur les monuments aux morts.

 

Enfin, l’apparition massive des monuments aux morts a donné l’occasion à certains architectes de réaliser des oeuvres très créatives. L’essentiel étant de ne pas  partir trop loin dans l’imaginaire. Et de respecter la mémoire des soldats. Certains ont alors opté pour un hommage familial, d’autres sur des allégories de la guerre. Mais toujours dans le même thème : célébrer les héros de la Nation de la Grande Guerre.

 

Sélection de monuments funéraires

A lire également :

5 conseils pour bien rédiger des condoléances

Comment bien organiser une réception après des obsèques ?

Quelle est la différence entre une tombe et une sépulture ?

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

Nullam commodo Praesent nec dictum sit odio