masque coronavirusComment sortir du deuil après la période de confinement ?

Le plan de déconfinement présenté par le premier ministre Edouard Philippe marque pour les familles endeuillées la fin progressive d’une période marquée par l’isolement et la distension sociale. Si le deuil produit d’ordinaire des conséquences sur les plans relationnels et sociaux, ceux-ci ont été décuplés par la mise en quarantaine et l’impossibilité d’accompagner ses proches en fin de vie. Comment sortir du deuil sans avoir eu la possibilité de rendre un dernier hommage et de dire au revoir à l’être cher ? Malgré des annonces gouvernementales qui soufflent un léger vent de liberté, l’épidémie de Covid-19 aura mis et met encore aujourd’hui en difficulté un grand nombre d’endeuillés.

Les traditionnelles étapes du deuil balayées par le coronavirus

Les psychologues, psychiatres et psychanalystes sont unanimes. Le travail de deuil et de reconstruction émotionnelle d’une personne endeuillée doit suivre un cheminement commun structuré autour de 5 grandes étapes : le choc, le déni, la colère, la dépression et l’acceptation.

 

  • Le choc: cet état de sidération se caractérise par un abattement et de fortes manifestations émotionnelles (tristesse).

  • Le déni: cette réaction se traduit par le refus total de reconnaître la réalité. Le choc est si brutal que l’information est finalement rejetée.
  • La colère: l’accumulation de tensions suite à l’annonce de la perte d’un proche entraine le besoin de se décharger émotionnellement. D’après le psychologue Yves Philippin dans son ouvrage « Deuil normal, deuil pathologique et prévention en milieu clinique », la phase de colère est essentielle pour permettre à la personne endeuillée de repousser la réalité hors de soi.
  • La dépression: cette étape est centrale dans le travail de deuil. L’endeuillé ne rejette plus la perte mais est totalement submergée par ses émotions. La douleur liée au deuil se ressent aussi bien sur le plan de la santé physique (grande fatigue, affaiblissement, maladie…) que sur le plan relationnel et social (découragement et isolement).
  • L’acceptation: l’ébauche d’une sortie du deuil née lorsque la personne endeuillée est en mesure de se souvenir du défunt sans manifestations émotionnelles excessives. Bien que toujours présente, la douleur et la perspective de la vie sans l’être cher sont plus douces.

 

L’épidémie de Covid-19 bouleverse totalement ce processus fondamental d’acceptation. Le refus de la perte initiale persiste en raison des restrictions de déplacements et des mesures barrières. La phase de colère et d’agressivité s’intensifie quant à elle au point de bloquer le cheminement naturel du deuil. L’absence de contact avec le défunt est un véritable frein dans le processus d’acceptation. Comment avancer sans avoir pu tenir la main, rassurer et accompagner l’être cher ? Comment accepter quand le sentiment de culpabilité persiste au quotidien ? Si le deuil au temps du Covis-19 est d’autant plus douloureux, il existe toutefois des solutions qui permettent de se réinventer et de prévenir le risque de deuil pathologique.

 

Un recueillement à réinventer au temps du Covid-19

 

Le deuil pathologique est la résultante d’un deuil compliqué, marqué par une augmentation de la souffrance et de son intensité dans la durée. Le psychologue Yves Philippin parle de deuil compliqué lorsque l’on s’écarte de la normalité, comme c’est le cas en période de Covid-19. Les restrictions liées à l’organisation des obsèques sont particulièrement douloureuses. Une cérémonie de 15 minutes à l’église, sans bénédiction, et/ou regroupant uniquement  5 personnes distancées d’au moins 1 mètre chacune crée un véritable malaise et une situation de stress excessive. Le « deuil normal » cède alors la place au « deuil pathologique » et a ses conséquences sur la santé physique et mentale.

 

Plusieurs solutions traditionnelles ou émergeantes sont toutefois à (re)considérer pour stopper la prolongation anormale des étapes du deuil et vous permettre d’avancer plus sereinement.

 

  • Concevoir un monument funéraire: cette première solution vous offre la possibilité de vous retrouver en famille et de réaliser ce travail d’accompagnement par la sélection d’un monument unique et représentatif de la personnalité, des goûts et des valeurs du défunt. Du choix de la forme (moderne ou traditionnelle), à la sélection du matériau, en passant par la personnalisation de la pierre tombale (couleurs, gravures, dessins, motifs, inscriptions…), cette conception collective fait office de commémoration familiale en période de confinement.

 

  • Oser prendre la parole: par le biais d’associations ou via le dispositif d’écoute et de soutien spirituel mis en place par le ministère de l’intérieur, osez parler. L’être humain est fondamentalement social. La parole libère, soulage, apaise, réconforte et soutien. Ne vous refermez-pas sur vous-même face au deuil vécu. Au téléphone, par visioconférence ou sur les réseaux sociaux, favorisez les expériences émotionnelles collectives avec vos proches, qu’il s’agisse de votre famille ou de vos amis.

 

  • Renforcer le lien social et le contact humain : le plan de déconfinement présenté par le premier ministre offre de nouvelles possibilités de déplacements. Bien que limité, le rayon de 100 km autour de votre domicile vous permet de vous déplacer, de vous regrouper avec vos proches (jusqu’à 10 personnes maximum) et de vous recueillir sur la tombe de votre proche.

 

  • Inaugurer un monument funéraire: plusieurs mois s’écoulent entre la conception du monument funéraire et son inauguration dans le cimetière. En période de déconfinement progressif, ce délai vous permet de préparer une cérémonie future et d’offrir à votre famille la phase de recueillement collectif tant attendu pour avancer ensemble dans votre cheminement d’acceptation.

 

 

Que l’être cher soit décédé du Covid-19 ou non, la situation fait partout émerger un sentiment d’impuissance combiné à un profond sentiment de culpabilité. Les solutions présentées ci-dessus mettent toutefois en lumière une possibilité de sortie progressive du deuil, en mettant l’accent sur le lien social, le recueillement familial et la préparation des retrouvailles au temps de l’après Covid-19.

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

vel, sed libero. ipsum dapibus dolor Donec ut in