Nos ancêtres Gaulois avaient un lien très fort avec la mort. Par conséquent, une attention toute particulière était apportée au déroulement des rites funéraires organisés. Ceci dans le but de respecter le défunt et lui rendre le plus beau des hommages.

 

Jules César, les Gaulois et leurs rites funéraires

 

Qui étaient les Gaulois ?

 

Remettons dans le contexte. Au IVe siècle avant Jesus Christ, les Celtes occupent la majeure partie de l’Europe et ont pour volonté d’étendre leur territoire vers l’Atlantique. Ce peuple d’Asie Centrale est appelé « Galate » dans la littérature grecque, ce qui veut dire « les envahisseurs ». En latin, cela devient « Galli », qui, au fil du temps, s’est transformé en « Gaulois ».

 

Les Gaulois sont alors un groupement de peuples résidant sur le territoire que Jules César a appelé la Gaule une fois qu’il l’avait conquise. Donc l’appellation « Gaulois » est principalement utilisée pour déterminer les personnes s’étant installées sur le territoire, alors que le « Celte » est principalement associé à un colon.

 

Les soldats et leur équipement dans les rites funéraires

 

Les rites funéraires des Gaulois

 

 

Au cours de l’Histoire, il y a eu des évolutions dans la pratique des rites funéraires. Cinq siècles avant Jésus Christ, les différentes trouvailles nous ont démontrées que les Gaulois étaient enterrés dans des tombes de forme rectangulaire. De plus, les Gaulois étaient équipés de leurs plus beaux habits ainsi que leurs bijoux les plus précieux. Enfin, on constate également que les Gaulois étaient inhumés avec leurs armes. Mais les rites funéraires des Gaulois avaient également une distinction sociale.

 

Il se trouve que les plus grands guerriers de l’époque étaient enterrés… avec leur char de combat ainsi que leurs chevaux ! Des rites funéraires assez particuliers, surtout qu’étaient également joints d’autres objets tels que de la vaisselle en céramique, avec de temps à autres de la nourriture ainsi que différentes boissons. L’inhumation avec ces objets tendrait à témoigner aussi d’une croyance dans la vie corporelle des morts.

 

En revanche, pour les Gaulois les moins fortunés, c’était tout l’inverse. Preuve d’une très forte discrimination économique et sociale, les plus démunis étaient uniquement inhumés dans des silos, tandis que les plus jeunes reposaient sous le sol des habitations.

 

sarcophage paléochrétien rites funéraires Gaulois

 

Changement de cap dans les rites funéraires gaulois

 

Un siècle avant JC, l’inhumation est mise de côté, pour laisser place à la crémation. Les cendres étaient alors mises dans une urne, que l’on mettait sous terre. On y a découvert moins d’armes, mais davantage d’outils. Preuve de l’ascension et le fort développement d’un nouveau métier qui est l’artisanat.

 

Au second siècle, nouveau changement dans les rites funéraires des Gaulois. L’inhumation réapparaît, sarcophages et autres contenants sont alors créés massivement. Les deux modes se côtoient jusqu’au IVe siècle où l’inhumation prend finalement le dessus suite à l’influence chrétienne.

 

A lire également :

Les granits d’Amérique du Sud

Le granit français : un granit naturel à l’épreuve du temps

Les différents tombeaux égyptiens de l’Ancien Empire

 

Notre sélection

de monuments funéraires

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

ut justo sed id elementum elit. ut Phasellus consequat. adipiscing neque. venenatis