Les principales caractéristiques d’un monument funéraire bouddhique

 

Dans la religion bouddhiste, la mort est envisagée comme une étape, un passage vers une autre vie qui est conditionnée par les actions faites dans le passé. L’enterrement bouddhiste lui, peut varier d’un pays à un autre. Toutefois certaines coutumes sont immuables. Il s’agit de l’accompagnement du mourant jusqu’à ses obsèques. La période de deuil et de prières qui suivent la crémation peut aller jusqu’à 49 jours.
 
En dehors des rites funéraires que nous aborderons, le monument funéraire bouddhique lui aussi a ses spécificités que l’on va vous expliquer.

 

Spécificités du monument funéraire bouddhique

 

Le Haka, qui est le monument funéraire bouddhique, se constitue d’une stèle au pied de laquelle se trouve un bac. Ce dernier sert à disposer des fleurs ainsi que de l’encens. Ce monument est généralement surplombé par une crypte où sont entreposées les urnes funéraires de la famille. Sur le côté droit du caveau est généralement gravé le nom de la personne l’ayant acquis, vient ensuite sur la face le nom des défunts.

 

Les rites funéraires bouddhiques

 

Dans la religion bouddhiste, la mort est perçue comme une libération. Elle permet de rentrer dans un état de paix appelé le Nirvana.

Les rites funéraires bouddhiques diffèrent en fonction de l’origine des familles, de leur appartenance à tel ou tel courant ainsi que de leur culture familiale. Mais ils respectent majoritairement ce sens :
 

La posture :

 

Le corps du défunt doit être disposé sur le côté droit, la main gauche sur la cuisse gauche, et la main droite sous le menton, fermant la narine droite. Position dite du « lion couché ». Il s’agit là de la posture de Bouddha lors de son décès.
Contrairement à la religion musulmane dont nous avions détaillés les rites dans un précédent article ; chez les bouddhistes, il n’y a pas de rituel de toilette. Une fois le corps disposé dans le cercueil, des mantras et des chants sont récités afin de supporter l’épreuve de la séparation.

Ensuite, une veillée est généralement pratiquée, elle permet ainsi d’aider le défunt à accomplir son voyage vers une nouvelle existence.
 

La crémation :

 

Les bouddhistes étant en faveur de la crémation, des prières sont dites au crématorium afin d’accompagner la conscience du défunt. Elles ont pour but de le mener sur le chemin d’une réincarnation positive.

 

Il est de coutume que le moine et la famille assistent à la crémation. En France il n’est pas possible d’être présent auprès du four crématoire pour des raisons de sécurité contrairement à l’Inde. De nombreux crématoriums français ont donc installé un système de vidéo ou des jeux de miroirs afin de pouvoir suivre la crémation.

 

En Asie, la tradition est de conserver les cendres du défunt à proximité d’une pagode ou d’un monastère. En France, la loi du 19 décembre 2008 interdit de laisser l’urne cinéraire dans un lieu de culte plus d’un an. Passé ce délai, les proches doivent donc trouver une destination définitive.

Dans les rares cas d’une inhumation du défunt, la sépulture est souvent majestueuse.

 

Voici une courte vidéo de l’AFP au Népal, où une foule de bouddhistes s’est réunie pour la crémation d’un moine.

 

 

GPG Granit vous accompagne pour la création de votre monument funéraire quelle que soit votre religion. Nous pouvons réaliser avec vous un monument funéraire bouddhique, de la forme de votre choix.

 

A lire également :

Avantages et inconvénients d’une pierre tombale blanche

Top 5 des plus beaux cimetières du monde

Quelles sont les caractéristiques des granits indiens ?

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

ut id, accumsan felis vel, mi, vulputate,