En France, de plus en plus de personnes souhaitent être incinérées au moment de leur décès. À l’issue de la crémation, les cendres sont conservées dans une urne funéraire. Comment le transport de l’urne se déroule-t-il ? Peut-on la transporter soi-même ? Quelle est la réglementation en vigueur ? Le point sur les démarches relatives au transport de l’urne funéraire.

 

Le transport de l’urne cinéraire en France métropolitaine

 

En vertu de la loi numéro 2008-1350 du Code Pénal, les cendres issues de la crémation d’un corps d’une personne décédée disposent du même statut et d’une protection comparable à ceux accordés à un corps inhumé : les cendres du défunt doivent donc être traitées avec « respect, dignité et décence ». La législation concernant leur transport est toutefois plus souple que la loi qui encadre le déplacement d’un cercueil. Ainsi, en France métropolitaine, la famille est en droit de se charger elle-même du transport de l’urne : il n’est pas obligatoire de faire appel à un opérateur funéraire ni de recourir à un véhicule spécialisé.

 

Les différents moyens de transport

 

Si l’urne circule sur le territoire français métropolitain, vous pouvez choisir librement le mode de transport : voies terrestre, aérienne, maritime, routière, ferroviaire. Cependant, seule la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles (ou mandatée en cette qualité) est en droit de le faire. Lorsque cette condition est respectée, tous les moyens de transport sont autorisés : voiture, train, avion, bateau.

 

Pour être en règle, vous devez néanmoins avertir le service de transport de la nature de l’objet à transporter ; ce dernier vous indiquera la procédure à suivre. Air France, par exemple, autorise de transporter l’urne en cabine ou en soute, à condition qu’elle soit correctement scellée et que son contenu ne puisse être identifié par les personnes qui voyagent à bord. Une attestation fournie par le crématorium est également obligatoire pour ne pas avoir à ouvrir le contenant lors d’un contrôle de sécurité.

 

 

Le transport par la poste

 

Si vous êtes dans l’incapacité de vous déplacer, vous pouvez faire appel aux services postaux (en France métropolitaine uniquement). Le transport d’une urne funéraire par voie postale est toutefois réglementé :

 

  • L’urne qui transporte les cendres doit être métallique ; sa fermeture doit être totalement hermétique
  • L’agence des pompes funèbres doit être prévenue de l’envoi au préalable
  • Vous ne devez pas préciser la nature de l’envoi sur le colis, mais il est conseillé d’y apposer la mention « fragile »
  • Il est conseillé de prendre une assurance complémentaire pour éviter tout risque d’endommagement ou de perte

 

Certains services de transport peuvent également se charger de l’expédition ; il est recommandé de leur indiquer la nature de l’envoi pour sécuriser l’opération au maximum.

 

Le transport des cendres à l’étranger et hors métropole

 

Le transport de l’urne funéraire peut s’effectuer vers l’étranger depuis la France, ou depuis la France vers l’étranger. L’opération peut être réalisée via différents moyens: voies terrestres, maritimes, aériennes. Pour permettre le transport des cendres, vous devez demander une autorisation spécifique auprès du préfet du département du lieu de crémation du défunt, ou du lieu de résidence du demandeur. Selon l’article R. 2213-14, cette disposition doit aussi être respectée si le transport a lieu de la France métropolitaine vers un département d’outre-mer, ou de la métropole vers un une collectivité d’outre-mer ou vers la Nouvelle-Calédonie.

 

Il est également nécessaire de contacter l’ambassade ou le consulat du pays concerné, que ce soit pour envoyer les cendres ou demander le rapatriement de l’urne funéraire depuis l’étranger, chaque pays ayant sa propre réglementation. Plusieurs documents vous seront demandés pour réaliser le transport de l’urne cinéraire (la liste des documents varie selon les pays).

 

Où garder l’urne funéraire ?

 

Depuis 2008, la loi interdit de garder l’urne à domicile. Celle-ci doit :

 

  • être déposée au sein d’un columbarium
  • inhumée dans une sépulture
  • scellée sur un monument funéraire (d’un cimetière ou d’un site cinéraire)

 

 

Il est également possible de disperser les cendres en pleine nature, dans l’espace aménagé d’un site spécialement affecté à cet effet prévu à l’article R. 2223-9 ou dans un site cinéraire.

 

Que faire de l’urne après dispersion des cendres ?

 

Après avoir dispersé les cendres du défunt, vous pouvez garder l’urne vide à domicile. Vous pouvez aussi rapporter l’urne vide à la société des pompes funèbres si vous le souhaitez. Rapprochez-vous des services concernés pour obtenir davantage de renseignements sur le transport d’une urne funéraire en France ou à l’étranger.

Choisissez et personnalisez votre monument UNIQUE Personnalisez votre monument

Nullam amet, mi, felis sem, libero.